Pubblicità - Advertisement
Il sito ufficiale di Ferdinando Camon

Ferdinando Camon


La vie éternelle

La vie éternelle

Roman

Traduit de l'italien par Yves Hersant et Ruggero Campagnoli

Gallimard, Paris

La vie éternelle

Comme le premier roman de Camon, "Figure humaine", ce livre est la chroniqne d'une communauté rurale isolée du reste du monde, dans une basse plaine des environs de Padoue, où la vie des hommes s'accomplit en marge de toute civilisation reconnue. II s'agit d'une vie "hors du temps", sans témoin, sans archives, sans traces, vécue "dans la fable" plutôt que dans l'histoire. Vie qui par suite peut, au sens humain du terme, être dite "éternelle".
Cet Eden, régne d'une misère proprement infernale, n'a plus ici de narrateur privilégié. Très justement, l'auteur a choisi de faire parler d'autres voix, dont il est censé n'être que le transcripteur. Voix multiples, et qui cependant n'en font qu'une: c'est la voix de la communauté, telle qu'elle fonctionnait il y a peu de temps encore comme culture, certes totalement archaïque, mais vivante, énergique, inventive. Seule l'apparition simultanée, aut our des années soixante, de l'electricité et de la télévision, devait, comme le dit l'auteur, reussir à la frapper de mort.
Trop modestement, Camon présente son livre comme une tentative de "roman-verité". Après en avoir redigé la première version, il y introduisit en effet des temoignages recueillis de la bouche même des survivants. II n'en est que plus nécessaire de relever l'extraordinaire unité de ton de tout le livre. A la différence des livres-documents, tous les "faits divers" qui se succedent - et ils sont innombrables - toutes les voix qui se relaient sont coulés dans une voix unique: celle d'un grand poète. Ce second livre de Camon est exemplaire en fin d'un phénomène de grande importance, propre à notre temps. Le monde paysan, jusqu'ici voué au mutisme - mutisme que n'ont en rien réussi à entamer les "romans paysans" toujours écrits de l'extérieur - a enfin trouvé, dans certains de ses fils qui ont depuis peu accedé à la culture et qui n'ont pas renié pour autant leur origine, à s'exprimer directement par les moyens de l'art. Ce phénomène, qui n'est pas propre à l'Italie, mais qui y trouve sans doute son terrain d'élection, nous force à réviser comme trop simplistes toutes nos notions touchant la "modernité". Camon aura eté sans conteste l'initiateur de ce mouvement.

Contattare il webmaster | design © 2005 A R T I F E X
© 2001-2011 Ferdinando Camon.
Ai sensi della legge 62/2001, si precisa che il presente sito non è soggetto all'obbligo dell'iscrizione nel registro della stampa, poiché è aggiornato a intervalli non regolari. Il sito è ospitato da Register